Elefant Paris-Dakar 90

Nouvelle génération, mêmes ambitions.
vendredi 20 janvier 2006.
 

L’année 1990 est celle de l’aboutissement pour la Cagiva Elefant Paris-Dakar.

(JPG)
Planche de bord ’90
Toujours plus électronique...

Sa cylindrée augmente pour atteindre les 944 cc, la fourche reste une Marzocchi mais prend du diamètre et gagne en rigidité et le compliqué carburateur Weber cède place aux excellent carburateurs Keihin...

(JPG)
Pure.
A l’image des modèles de série qui suivront, l’elefant usine 1990 est très fine et technique sous sa robe rallye-raid.

Cette 12e édition du Paris-Dakar voit l’équipe Cagiva se présenter avec Edi Orioli, Alexandre "Ciro" DePetri et l’espagnol Jordi Arcarons.

(JPG)
Team 1990
Arcarons, Orioli, De Pétri dans le désordre.

Le retrait de la Honda officielle, donne les Cagiva comme grandes favorites des courses africaines et les premières étapes semblent confirmer ce pronostic.

(JPG)
Consécration.
Les 3 pilotes usines terminent dans le top-ten, dont deux sur le podium !

En effet l’Elefant nouvelle génération qui a finalement atteind une maturité enviable en terme de fiabilité et compétitivité, se montre bien vite sans rivaux. Seule une timide opposition de la part de Peterhansel et sa Yamaha laissent à craindre pour le résultat.

(JPG)
Remaniement.
La machine ’90 a subit une refonte complète.

Mais les craintes exprimées pendant tout le déroulement des spéciales, sont surtout des évocations de la malchance rencontrée par cette équipe précédemment.
Trop de fois donnée favorite dans les pronostics, trop de fois dans les premières positions dans tant d’étapes désertiques de la course et à qui on a vu échapper la victoire pour les plus diverses raisons.

(JPG)
60L
Les réservoirs de la machine victorieuse peuvent embarquer près de 60L de carburant.

Le charme du Paris-Dakar réside surtout dans la condition extrême que l’Afrique réserve aux mécaniques qui ont l’insolence de la défier. Rien dans le binôme pilote-moto ne peut se permettre d’être moins que parfait pour gagner.

En ce mois de janvier 1990, au Lac Rose, la scène traditionnelle des vainqueurs voit bien deux Elefant dans les trois premières places, avec un Orioli splendide, victorieux et un De Petri troisième et meilleur vainqueur d’étapes (cinq). La domination Cagiva est confirmée par la septième place au général d’Arcarons, victorieux de deux spéciales.

(JPG)
(JPG)
(JPG)
(JPG)
(JPG)
(JPG)
(JPG)
(JPG)
(JPG)
(JPG)

Récap’ technique :

Cylindrée : 943.8 cc
Admission : Carburateurs Keihin 36
Refroidissement : Air/Huile
Puissance à la roue : + de 80 ch à 7500 trs/min
Couple à la roue : NC
Suspension avant : Fourche Marzocchi 45 - déb. 290 mm
Suspension arrière : Monoamortisseur Öhlins Type 46HRCS - déb. 290 mm
Dimension roue av. : 90x90x21"
Dimension roue ar. : 140x90x18"
Capacité carburant : Env. 60 L