Elefant Paris-Dakar 85

La première machine de rallye Cagiva.
jeudi 19 janvier 2006.
 

En 1985 et pour la première fois, Cagiva participe à la septième édition du Rallye Paris-Dakar. La machine alignée au départ présente un énorme réservoir peint aux couleurs bleue et blanche de LIGIER.

(JPG)
Au bord du lac rose...
Tout une époque...

La machine présente des atouts non-négligeable et bien qu’aujourd’hui cela puisse paraître "cheap", le tableau de bord et l’équipement général sont à l’époque au top.

(JPG)
A l’attaque !
Auriol et Cagiva, début de relations tumultueuses...

Le Bicylindre en L Ducati de 750 cc calé dans le cadre, l’engin est près à propulser son (gros) poids sur les pistes Africaines.

(JPG)
Sable.
La selle monoplace permet quand même de se reculer pour rouler sur le sable.

Le réservoir de cette version a une capacité d’environs 70 litres placés très haut. Les petits réservoirs additionnels (Eau et Huile) Acerbis sont eux fixés à la boucle arrière, derrière la selle, n’aidant pas non plus à rabaisser le centre de gravité. On l’a compris, cette machine devait être plus que physique à emmener dans les dunes... Sans même penser aux scéances de relevages dans le sable...

(JPG)
Une époque.
Couleur, combi, formes... Cette machine si performante à l’époque et aujourd’hui si dépassée.

L’arrivée de ce modèle accompagne la participation d’Hubert Auriol récemment sorti de l’équipe BMW et victorieux l’année précédente. Cette collaboration engendre une étroite corrélation entre la compétition Africaine et les propositions commerciales sur le marché Italien.

(JPG)
Tailles.
Si la moto paraît petite, c’est qu’Hubert Auriol est un géant...

Il est en effet impossible parler de l’Elefant et en raconter l’histoire sans parler en même temps de la controversée compétition africaine, née en 1979, toujours à l’attention des media et pas seulement pour raisons passionnées et sportives.

(JPG)
Navigation.
Cette photo pourrait s’appeler "perdus dans le désert". Le GPS n’existait pas en 1985..

Les prototypes Elefant qui participent à cette édition et ensuite, seront réalisés par Roberto Azzalin et son staff. Il en soignera même l’assistance en compétition.

(JPG)
Mastodonte...
S’il n’y paraît pas toujours en photo, cette machine était réellement sur-dimensionnée...

Pour cette septième édition du Paris-Dakar, l’équipe Ligier-Cagiva termine à la huitième place après être trouvée à la troisième place au général à deux jours de la fin de la course. Une casse mécanique après une chute laisse penser que la performance est respectable pour une équipe débutante.

(JPG)
Poste de pilotage.
Simple comme on ne sait plus en faire ;o)
(JPG)
Premier rallye.
Cette machine impressionna quand à ses performances pour une première expérience sur le Dakar.

Récap’ technique :

Cylindrée : 748.1 cc
Admission : Carburateurs Dell’Orto PHM 40
Refroidissement : Air/Huile
Puissance à la roue : NC
Couple à la roue : NC
Suspension avant : Fourche Marzocchi 41,7
Suspension arrière : 2 amortisseurs Öhlins
Dimensions roue av. : 90x90x21"
Dimensions roue ar. : 140x90x18"
Capacité carburant : Env. 70 L